chatouilleux


chatouilleux

chatouilleux, euse [ ʃatujø, øz ] adj.
catoilleux 1361; de chatouiller
1Qui est sensible au chatouillement. Je ne suis pas chatouilleux. Avoir l'épiderme chatouilleux. Spécialt Cheval chatouilleux, sensible à la cravache, à l'éperon.
2Fig. Qui se fâche aisément; qui réagit vivement. irritable, ombrageux, susceptible. « Il est plus chatouilleux que personne sur le point d'honneur » (Taine). Par ext. Amour-propre, caractère chatouilleux. Une susceptibilité chatouilleuse.

chatouilleux, chatouilleuse adjectif Qui est sensible au chatouillement. Qui se vexe facilement, qui réagit vivement sur certains points : Être très chatouilleux sur ses prérogatives. Extrêmement susceptible. ● chatouilleux, chatouilleuse (synonymes) adjectif Qui se vexe facilement, qui réagit vivement sur certains points
Synonymes :

chatouilleux, euse
adj.
d1./d Sensible au chatouillement.
d2./d Fig. Susceptible. Un caractère chatouilleux.

⇒CHATOUILLEUX, EUSE, adj.
A.— Sensible au chatouillement. — « Es-tu chatouilleuse! » fit Nicole (R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, La Belle saison, 1923, p. 922).
P. ext. Sensible à la démangeaison provoquée par des attouchements ou frottements quelconques de choses diverses. Elle sursauta, secoua une coccinelle qui lui cheminait sur la main. — Oh, c'est que je suis chatouilleuse! (MONTHERLANT, Les Bestiaires, 1926, p. 454).
MAN. Cheval chatouilleux. Sensible à l'éperon, à la cravache, etc. :
1. Elle disait qu'elle adorait les chevaux, qu'ils la connaissaient bien, que jamais ils ne lui faisaient du mal, même lorsqu'elle les taquinait. Elle savait comment il fallait les prendre. C'étaient des bêtes très chatouilleuses.
ZOLA, Son Excellence E. Rougon, 1876, p. 117.
B.— Au fig.
1. [En parlant de pers.]
a) [En parlant des sens autres que le toucher] Sensible à des sensations agréables. Je veux festoyer ce soir le roi Salomon qui est mon hôte et qui a le palais chatouilleux (A. ARNOUX, Abisag, 1919, p. 177).
b) [En parlant d'une pers. ou de certains de ses penchants] Qui manifeste une susceptibilité pouvant aller jusqu'à l'irritabilité. Avoir un amour-propre, un orgueil chatouilleux. Croit-il [Eugène] que je ne sois pas moins chatouilleuse que lui sur notre honneur? (BALZAC, Le Père Goriot, 1835, p. 236) :
2. Édouard était très chatouilleux. Dès qu'on lui parlait de son travail, et surtout dès qu'on l'en faisait parler, on eût dit qu'il perdait la tête.
GIDE, Les Faux-monnayeurs, 1925, p. 1079.
2. [En parlant de choses]
a) Qui excite agréablement :
3. Une main de femme, au moment où elle sort de son bain de senteur, conserve je ne sais quelle fraîcheur douillette, une mollesse veloutée dont la chatouilleuse impression va des lèvres à l'âme.
BALZAC, La Duchesse de Langeais, 1834, p. 255.
b) Sur quoi des personnes se montrent susceptibles :
4. Cette lettre [à Jomini], qui touche avec justesse des points chatouilleux et délicats, donne envie de mieux connaître quel était ce correspondant si sage, le baron Monnier.
SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. 13, 1863-69, p. 124.
Rem. On rencontre ds la docum. l'adv. chatouilleusement. D'une manière excitante. L'amour, au sein de la courtisane [dans la Torpille de M. de Balzac] de dix-huit ans, est analysé chatouilleusement (SAINTE-BEUVE, Premiers lundis, t. 2, 1869, p. 366).
Prononc. et Orth. :[], fém. [-jø:z]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fig. a) XIIIe s. pic. catillose « sensible » (Tr. d'Économ. rur. c. III ds GDF. Compl.); b) av. 1498 chatoulleux à « rendu sensible à, enclin à » (COMMYNES, II, 291 ds IGLF); c) 1544 « sensible, délicat, subtil » (B. DESPER., Rec. des œuv., p. 81 ds GDF. Compl.); d) av. 1564 « délicat, qui peut éveiller les susceptibilités » (CALV., Lett., t. II, p. 451, ibid. : Une matiere si chatouilleuse); 2. 1370 catoilleus forme norm. « sensible au chatouillement » (ORESME, Eth., B.N. 204, f. 501b, ibid.); XIVe s. chatoilleus (Manière de lang., éd. P. Meyer ds Revue critique d'histoire et de littérature, t. 5, II, 1870, p. 403); 1611 spéc. d'un cheval chatouilleux à la pointe (COTGR.). Dér. du rad. de chatouiller; suff. -eux, -euse. Fréq. abs. littér. :80. Bbg. GOHIN 1903, p. 294. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 150, 307.

chatouilleux, euse [ʃatujø, øz] adj.
ÉTYM. Av. 1564; catoilleux, 1370, au sens 1; chatoulleux, av. 1498; de chatouiller.
1 (Avec un n. de personne). Qui est sensible au chatouillement. Sensible; douillet.
1 Ah ! de grâce, laissez, je suis fort chatouilleuse.
Molière, Tartuffe, III, 3.
1.1 Il voulut la saisir à la taille, mais il reçut des chiquenaudes sur les doigts, tandis qu'elle ajoutait :
— Non, pas de jeux de main, s'il vous plaît ! Je suis comme les chevaux, moi; je suis chatouilleuse (…)
Zola, Son Excellence Eugène Rougon, t. I, p. 137.
Sensible à un léger picotement (organe). || Gorge chatouilleuse.
Cheval chatouilleux, sensible à la cravache, à l'éperon.Par compar. : → ci-dessus, cit. 1.1. || Cheval à la bouche chatouilleuse, sensible au mors.
2 (Avec un n. de chose). Vx. Qui chatouille. Excitant. || Impression chatouilleuse. || Excitation chatouilleuse.
2 (…) de peur que l'image de cette nudité ne fît une impression trop chatouilleuse dans l'esprit de l'auditeur (…)
Corneille, Examen de Polyeucte.
3 (1544). Littér., vx. Sensible à des sensations agréables provoquées par d'autres sens que le toucher. || Un palais chatouilleux, très sensible, fin.
4 (Personnes). Qui manifeste de la susceptibilité, se fâche aisément, réagit vivement. || Être très chatouilleux sur le point d'honneur. || Un homme chatouilleux. Irritable, ombrageux, susceptible.
3 Ce grand seigneur a des sentiments généreux. Il se croit d'une race supérieure, et se dit que noblesse oblige. Il est plus chatouilleux que personne sur le point d'honneur, et risque sans difficulté sa vie pour la moindre insulte (…)
Taine, Philosophie de l'art, t. I, I, II, VII.
4 Il (Bonaparte) s'en énervait, — et plus encore, — car il était le plus chatouilleux des hommes, — à l'idée exaspérante que Londres le leurrait, le trompait, se jouait de lui.
Louis Madelin, le Consulat, XIX, La rupture de la paix d'Amiens, p. 308.
4.1 Verrier se gardait bien d'apparaître dans la transaction, mais acceptait volontiers la moitié du courtage. Sindy, lui, n'avait pas les moyens de se montrer chatouilleux.
Roger Naïm, l'Ère des truands, p. 24.
Par ext. || Amour-propre, caractère chatouilleux. || Une susceptibilité chatouilleuse (→ Épiderme sensible).
5 Je ne vous dis pas que je sois vexé. Dieu merci, je n'ai pas l'amour-propre si chatouilleux.
J. Romains, M. Le Trouhadec…, p. 141.
5 Vieilli. || Une question chatouilleuse, de nature à heurter des susceptibilités. Délicat.

Encyclopédie Universelle. 2012.